Blablatage #2

Publié le par CocoNut's

Lors de la création de ce blog, j'avais précisé qu'il me tiendrait également de journal intime... Donc je vous conseille de prendre un bon café/thé et avoir un moment devant vous avant de commencer à me lire !

Blablatage #2

J'avale des quantités impressionnantes que je ne prends même pas le temps de savourer et que je mâche à peine...

Ces derniers temps, de gros soucis privés (et ça restera privé) sont intervenus dans ma vie. Un énorme stress, un manque de sommeil très conséquent, un épuisement psychologique, et bien sûr, les fringales qui refont surface...

Actuellement, j'ai un sommeil entre-coupé. C'est-à-dire que je me réveille entre 3 et 5 fois par nuit, mais pas ce genre de réveil où l'on ouvre les yeux et on se rendort... Non... Ce serait trop facile... Plutôt ce genre de réveil qui fait qu'on allume son natel pour y mettre la chose à laquelle on vient de penser (oui, je pense en dormant...), où l'on reste ensuite dans son lit à fixer le plafond avant de s'énerver, de se lever, d'aller fumer une clope, de boire quelque chose, et pour finir de se recoucher (env. 15-20 minutes de perdues). Ayant un travail qui requiert actuellement toute mon attention ainsi que des horaires sans fin, je ne peux pas me permettre d'être fatiguée et finalement, c'est ce qu'il se passe car je ne fais que des "siestes" la nuit (à dormir 3h puis me réveiller), ce qui n'est absolument pas suffisant pour moi qui, d'habitude, suis une marmotte. 

Je suis donc allée voir mon médecin afin de trouver une solution pour avoir des nuits moins agitées tout en restant fraîche le matin. Je ne peux pas prendre de somnifères car ces derniers crééent une dépendance et sont néfastes pour les jeunes. Les régulateurs de sommeil homéopathiques sont, quant à eux, innefficaces sur moi... Nous en sommes donc arrivé à un médicament qui, je dois l'avouer, ne me fait pas le plus plaisir au monde. Il s'agit d'un anti-dépresseur. Attention, ça ne veut pas dire que je sois dépressive ou quoi que ce soit ! Simplement, cet anti-dépresseur pris à faible dose me permettrais de dormir mais n'a malheureusement pas de durée déterminée. Un somnifère, par exemple, peut être réglé pour un sommeil de 6 heures. Bien entendu qu'un anti-dépresseur ne pourrait pas durer aussi peu de temps et c'est bien là le problème. Ça signifie que pour m'endormir, je n'aurais pas forcément de problèmes, que je dormirai paisiblement et d'une traite, mais que le lendemain, au réveil, je pourrai être quelque peu "groggi" et somnolente... Pas génial mais après tout, si je veux pouvoir continuer à me lever les matins, je dois dormir la nuit... 

De plus, un autre point négatif est le fait que, sur le long terme (plus de un mois et demi/deux mois), le médicament provoque une prise de poids, donc autant vous dire que ce n'est pas du tout recommandé pour moi et techniquement, j'en aurais besoin durant 3 mois encore.

Mais le sommeil étant plus important que tout, je commencerai ce fameux anti-dépresseur vendredi soir (pour voir les effets provoqués samedi) et m'arrêterai toutes les deux semaines pour voir si j'arrive à redormir par moi-même.

Mais cela me panique également car la dernière fois que j'ai pris des anti-dépresseurs (pas la même dose, on est d'accord), ce fut catastrophique avec des effets secondaires et j'en passe... J'espère sincèrement que cette fois, ça ne se passera pas comme ça ! On verra, j'essaie d'être confiante.

 

Blablatage #2

A présent, concernant la nourriture... C'est la C-A-T-A-S-T-R-O-P-H-E ! Ça y est, ça me reprend... J'avale des quantités impressionnantes que je ne prends même pas le temps de savourer et que je mâche à peine, et pas des légumes... Non... Trop facile... Du gras s'il vous plaît ! Mcdo, pizzas, kebab et j'en passe...

Bon, au moins et pour la première fois, je m'en suis rendue compte et j'essaie de me régulariser. Mais c'est dur, très dur. Et ça me stresse énormément car je ne peux pas prendre de poids ! Je ne veux pas, je ne peux pas, et je mange... Cherchez l'erreur...

Et pourtant, ce n'est pas pour autant que j'ai été plus motivée à faire à manger... Très honnêtement, et excuses ou pas, vous le prendrez comme vous voudrez, en arrivant claquée le soir, je n'avais vraiment, mais alors vraiment pas envie de me faire à manger. Et, y pas à dire, le gras, ça me réconforte. Mais c'est un cercle très vicieux : ça me déprime aussi car je suis consciente de ce que je mange.

Bref, le principal est que pour l'instant, après m'être laissée aller pendant (facilement) deux semaines, j'essaye de me reprendre en mains et de recuisiner.

Cette expérience n'est pas si mal, je verrai si j'arrive enfin à gérer mes fringales et à passer par-dessus l'envie de me ruer sur la nourriture malsaine...

Suite au prochain épisode !

Publié dans Blablatage, Ma Bataille, Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article