Ces choses qu'on pensait ne plus pouvoir faire

Publié le par CocoNut's

Je suis partie ce week-end en avion, la toute première fois depuis l'opération. Plus précisément avec Easy Jet, vous savez, cette compagnie de sièges pas larges et pas confortables non plus... Bon, ne nous plaignons pas, il était quand même au top du top ce séjour !

Durant plusieurs années, j'étais complètement coincée (que ce soit dans les sièges de cette compagnie ou d'une autre d'ailleurs) et je devais demander une ceinture supplémentaire. En plus de ça, la tablette devant moi ne descendait pas complètement à cause de mes jambes, un vrai cauchemar pour manger !

Sans parler de ces nombreuses humiliation où il fallait me déplacer de rangée car "non Madame, les ceintures supplémentaires ne sont pas admises pour les sièges se trouvant vers les sorties de secours" (donc les places qui avaient un plus grand espace pour les jambes). Bon, ben c'est pas grave, on fait bouger tout le monde  pour changer de siège juste avant le décollage histoire d'être bien sûre de le retarder et d'avoir l'impression d'être une baleine aux yeux de tous.

Enfin bref ! Comme je vous le disais plus haut, c'était la première fois que je reprenais l'avion depuis mon opération. Même sachant que j'avais perdu du poids, j'avais toutefois une certaine appréhension (ou une appréhension certaine) avant de m'asseoir dans le siège. Et là, miracle !

Ces choses qu'on pensait ne plus pouvoir faire

Soit ils ont complètement changé leurs avions (ce n'est pas très plausible je l'avoue), mais dans tous les cas "oh ben dis-donc, j'ai de la place entre mes hanches et les accoudoirs". "Oh ben dis-donc, la ceinture ferme, je peux même tirer dessus pour la raccourcir". "Oh ben dis-donc, il y a un espace entre ma tablette et mes jambes".

Ai-je réellement besoin de vous expliquer à quel point ce moment était un moment d'euphorie totale ?

C'est là tout le mystère du cerveau humain. Je vois que je perds du poids sur ma balance ; je vois que mes vêtements deviennent trop grands ; je vois que je remets des bijoux et des habits que je n'avais pas mis depuis des années ; je vois mon corps évoluer ; je vois que je dois avancer mon siège de voiture tant je me sens loin du volant ; je vois que... et j'en passe. Mais non ! Impossible de me dire à l'avance et en toute confiance que je rentrerai dans ce siège !

Je pense qu'il me faudra encore quelques temps pour m'y habituer totalement si toutefois c'est possible. De ne plus avoir cette crainte de calculer la surface et le poids que peut contenir la chaise sur laquelle je vais m'asseoir, de ne plus calculer l'espace entre tel et tel objet pour que je puisse passer, etc. 

Ma psy m'a souvent demandé quel était mon objectif de poids. Et je lui ai toujours répondu que peu importe que je fasse 80 ou 100 kg, même plus ou moins, l'important pour moi étaient des objectifs certes un peu idiots, mais qui étaient des actions et non pas des chiffres. Comme par exemple, pouvoir rentrer dans un siège d'avion sans problèmes. Et ça, c'est avec bonheur que je vous annonce que c'est fait !

Bisous bisous

Commenter cet article

Aby 29/08/2017 23:18

Hello,
Chouette accomplissement que tu viens d'expérimenter ! Même si ton corps avait déjà franchi le cap, ton cerveau vient également de le franchir avec cette expérience qui autrefois t'a été trop souvent douloureuse et humiliante. C'est une sacrée victoire !

Lili 29/08/2017 15:33

Bonjour mademoiselle. Quelle aventure n'est ce pas? Et surtout bravo. Il est vrai que le décalage entre le avant et le après est souvent long à intégrer. Moi aussi je suis toujous à l'affût de regarder le poids autorisé pour telle ou telle chose. Le pire, du moins pour moi, c'est l'ascenseur. En tout cas je te félicite. Bravo, et encore bravo. Cordialement. Lili.