Blablatage #4 - Quand le mental ne suit pas...

Publié le par CocoNut's

Blablatage #4 - Quand le mental ne suit pas...

Je pense parler au nom d'une grande majorité de personnes ayant perdu du poids en rédigeant cet article. J'ai ouvert les yeux sur quelque chose dont je n'avais pas conscience : Le mental ne suit pas toujours.

J'étais persuadée d'être à l'aise, de me faire à ce nouveau physique, de m'y habituer et de me voir telle que j'étais et... C'est FAUX ! Un exemple : Il n'y a pas si longtemps, alors que je parlais, j'ai utilisé le mot ronde pour me qualifier. Et la réponse de Monsieur ne s'est pas fait attendre - je ne saurais même pas vous répéter mot pour mot ce qu'il m'a répondu parce que je suis un poisson rouge ou une Dori à choix - mais c'était quelque chose du genre "Toi ? Ronde ? Heu... Faut vraiment que tu prennes conscience de certaines choses là...". Et ce n'est malheureusement pas la première personne à me le dire.

Pour sortir de la voiture, je calcule toujours la marge entre celle d'à côté et ma portière pour savoir si je passerai parce que ça m'a l'air étroit. Lors d'une séance shopping tout à fait banale il y a quelques semaines, j'ai du me faire violence pour ne pas prendre de vêtements trop larges.  Je suis consciente du chiffre que je vois lorsque je me pèse, mais cela ne m'empêche pas de me voir comme il y a un an en arrière. D'être chaque jour étonnée de rentrer dans tel ou tel habit, de pouvoir m'assoir sur des chaises en plastique, de rentrer dans une chaise à accoudoir, de ne pas demander une ceinture supplémentaire dans l'avion, de ne pas être essoufflée au bout de 10 mètres, de me faufiler dans des endroits trop étroits pour mon cerveau, de me voir de dos sur une photo maintenant et de ne pas me reconnaître... Et j'en passe. Alors, bien sûr, je suis ravie de me rendre compte que j'ai tout faux. Vaut mieux ça que le contraire me direz-vous. Mais n'empêche que le réflexe de base est toujours là et c'est bien ça le problème.

Quant à Monsieur, il me prend sur ses genoux, s'amuse à me soulever, à me porter EN MARCHANT ! Et je ne supporte pas qu'on me porte !!! Vindiou, j'ai l'impression d'être un bidon et de lui casser le dos au vu de mon poids. 

Et c'est ici que je me rends compte que finalement, l'opération (ou n'importe quelle perte de poids) est plus dure mentalement que physiquement. Je ne m'accepte pas comme je suis. Non pas que je ne m'aime pas comme je suis, attention. Mais je n'arrive pas à me dire que cette image que me reflète mon miroir ou encore les photos est celle que vous voyez. Ne croyez pas que je suis sûre de moi, que j'ai gagné de la confiance en moi ou que ne sais-je (c'est toujours aussi français !). Oui je suis heureuse de ma perte, oui je vois le chemin parcouru en regardant les photos mais gardez quelque chose en tête : Peu importe le compliment que vous me ferez, peu importe ce que vous me direz, j'y répondrai, oui, car c'est adorable de votre part et que je me sens soutenue, mais ce n'est pas pour autant que j'y croirai.

Tout ça pour dire que la perte de poids est une magnifique chose, que j'arrive à accepter beaucoup de choses comme les changements de mon corps, la peau, la perte de cheveux etc., mais pour l'instant, je ne réalise pas. C'est donc le prochain objectif ! Et on va travailler dessus M'sieurs Dames ! Simplement, c'est quand même énormément de changements en si peu de temps donc ne me demandez pas de suite d'avoir la même vision que vous. Ça prendra le temps qu'il faut, mais j'y arriverai... un jour !

Enfin, je me rassure en me disant que c'est le cas de la plupart des gens lambda, non ?

XoXo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article